Recevez des mises à jour par e-mail

Saisissez vos coordonnées ci-dessous pour recevoir les dernières mises à jour de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Vous figurez désormais sur notre liste de diffusion.

Ce que cachent les données

Depuis des années, nous entendons les gens se demander si les investissements dans la lutte contre la pauvreté et les maladies dans le monde ont le moindre impact. Il est évident qu'à nos yeux, la réponse est oui.

Nous investissons toutes nos ressources dans ce combat. Mais cela ne veut pas dire que chaque dollar consacré au développement a un impact maximum. Et ça, ça doit être notre objectif.

Si nous lançons ce rapport, que nous publierons chaque année jusqu’en 2030, c’est dans le but d’accélérer le progrès dans la lutte contre la pauvreté en aidant à identifier les problèmes pressants et les solutions prometteuses, en mesurant et interprétant les résultats essentiels, et en disséminant les meilleures pratiques.

Il se trouve que ce rapport est publié à un moment où les doutes quant à l’engagement international vis-à-vis du développement sont plus forts que d’ordinaire. Dans notre propre pays, aux États-Unis, le Congrès étudie actuellement les questions posées par les coupes que propose le budget présidentiel dans l’aide étrangère. Or, cette même tendance au repli sur soi prend racine dans d’autres pays donateurs. Dans le même temps, la plupart des pays en développement doivent accroître leurs efforts en vue d’accorder le plus haut degré de priorité au bien-être des membres les plus démunis de leur population.

En 2015, les États membres des Nations Unies ont adopté les Objectifs de développement durable (ODD), qui brossent un tableau du monde dans lequel nous souhaitons tous vivre en 2030. Toutefois, si nous ne réaffirmons pas l’engagement qui a permis d’accomplir tant de progrès au cours de la dernière génération, ce monde ne deviendra jamais réalité. Partout dans le monde, les décideurs doivent agir maintenant pour nous mettre sur la voie que nous nous sommes tracée il y a tout juste deux ans.

Le présent rapport, qui inclut une modélisation réalisée par l’Institut de mesure et d’évaluation sanitaire (IHME), suivra 18 indicateurs figurant dans les ODD que nous jugeons essentiels pour la santé et le bien-être des populations. Et nous complétons les données chiffrées en racontant ce qui se cache derrière les chiffres, qu’ils s’agissent des hommes, des innovations ou bien encore des politiques qui ont changé le cours des choses dans les pays où les progrès ont été les plus significatifs.

Les décisions que nous prendrons ensemble au cours des quelques années à venir auront un impact majeur sur la forme de ces courbes. Évidemment, ce n’est pas tant la forme des courbes qui est essentielle mais bien ce qu’elles nous révèlent ; si oui ou non des millions, voire des milliards de personnes survivront à la maladie, s'extirperont de la pauvreté extrême et atteindront leur plein potentiel.

– Bill & Melinda Gates

Bill Gates signature
Melinda Gates signature

Études de cas
Mortalité infantile
Par Melinda Gates

Si je devais choisir un seul chiffre à mettre en avant, ce serait celui du nombre d’enfants qui meurent chaque année avant d’atteindre l’âge de cinq ans.

En effet, il est lourd de sens. La mortalité infantile, qui reflète le bien-être général, est également un indicateur majeur de progrès (ou de son absence). Et quand on parle avec des mères qui ont perdu un enfant, on comprend ce que ce chiffre signifie en termes humains. Quoi de plus fondamental que de maintenir les enfants en vie pour qu’ils puissent s’épanouir et construire l’avenir ?

En bref
Nombre de décès d'enfants de moins de 5 ans dans le monde (en millions)
199020162030
0
15m
Perspective clé
Il est extrêmement difficile d’atteindre les enfants dans les pays en conflit ou des régions reculées situées à des heures de trajet de la moindre infrastructure. Mais c’est faisable, aujourd’hui plus que jamais auparavant.
Melinda Gates
Mortalité maternelle : Éthiopie
Introduction par Bill et Melinda Gates

Il n’est rien de plus dévastateur pour les communautés et de plus dangereux pour la vie des enfants que la mortalité maternelle.

Fort heureusement, il existe déjà des solutions. Pour que toutes les femmes puissent en bénéficier, la toute première des priorités consiste à les persuader d'accoucher dans des établissements de santé offrant des soins obstétriques.

En bref
Taux de mortalité maternelle par centaine de milliers de naissances vivantes en Éthiopie
19902016
0
1k
En direct du terrain
Nous avons trouvé une méthode pour permettre aux Éthiopiens de faire connaître leurs exigences au ministère de la Santé. Et face à une société exigeante, l’État est contraint d’agir.
Kesete AdmasuPDG, Partenariat Faire reculer le paludisme
Planification familiale : Sénégal
Introduction par Bill et Melinda Gates

La meilleure manière d’expliquer l'importance de la planification familiale consiste peut-être à dire qu’en atteignant cet Objectif de développement, on augmente la probabilité d'atteindre la quasi-totalité des autres Objectifs de développement durable.

La pauvreté. La mortalité maternelle. La mortalité infantile. L'éducation. L'égalité entre les sexes. Tous ces facteurs s'améliorent quand les femmes peuvent planifier leurs grossesses de manière à être physiquement et économiquement prêtes à avoir un enfant.

En bref
Taux de prévalence des contraceptifs modernes au Sénégal
19902016
0
20%
En direct du terrain
En 2011, l'élargissement de l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive au Sénégal et dans l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest n'était qu'une lointaine chimère. Mais tout a changé lorsque nous avons lancé le Partenariat de Ouagadougou.
Fatimata SyDirectrice, Partenariat de Ouagadougou
VIH
Par Bill Gates

Lorsque la pandémie du sida se répandait comme une trainée de poudre, assister à des enterrements était aussi courant que prendre son petit déjeuner ou se rendre au travail.

Depuis le début des années 2000, la communauté mondiale s’est investie de façon considérable dans la réponse à cette crise. Dans l’histoire de la santé mondiale, jamais n’avait-on autant œuvré pour faire parvenir des produits et des services aux personnes qui en avaient besoin.

En bref
Nombre de décès dans le monde dus au VIH par millier de personnes
199020162030
0
0,4
Perspective clé
Il nous faut identifier et encourager les meilleures pratiques de prévention pour tirer l’effet maximal de chaque dollar dépensé.
Bill Gates
Services financiers pour les démunis : Inde
Introduction par Bill et Melinda Gates

La pauvreté, ce n’est pas seulement le manque d’argent. C'est également le manque d'accès aux services financiers de base qui permettent aux plus pauvres d’utiliser le peu d’argent qu'ils possèdent pour améliorer leur sort.

Par conséquent, le secteur du développement essaye de promouvoir l'inclusion financière, c'est-à-dire connecter près de 2 milliards de personnes complètement exclues du système financier formel à des comptes en banque et à des services bancaires tels que le crédit et l'assurance,

En bref
Impact de la réception par les femmes indiennes de leurs salaires sur leurs propres comptes : Revenu annuel en roupies indiennes (INR)
Groupe témoin
13.479 INR
Groupe expérimental
16.766 INR
Conversation avec Rohini Pande
Au fur et à mesure que l'Inde s'est enrichie, les femmes se sont mises à travailler moins au sein du secteur formel, ce qui constitue un problème pour elle, car sans travail, elles ont moins de pouvoir au sein du ménage. C'est également un problème pour l'Inde car le pays ne bénéficie pas des talents de nombreuses femmes qui souhaitent travailler.
Rohini PandeProfesseur, Harvard Kennedy School
Retard de croissance : Pérou
Introduction par Bill et Melinda Gates

Le retard de croissance est l'un des indicateurs les plus puissants dans le domaine de la santé publique, mais aussi l’un des plus complexes.

Les enfants souffrant d’un retard de croissance ont un déficit de taille par rapport à leur âge supérieur à un certain pourcentage. Mais ce n’est pas la taille d’un enfant qui nous préoccupe ; le retard de croissance est un signal de problèmes beaucoup plus importants.

En bref
Prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans au Pérou
19902016
0
50%
En direct du terrain
Aujourd’hui, notre pays est parvenu à réaffecter ses ressources pour aider des millions d'enfants à se libérer de la malnutrition infantile chronique. Et le mieux dans tout cela, c'est qu'elle continue à baisser au Pérou.
Milo StanojevichDirecteur national, CARE Pérou
Données à l'échelle mondiale
PAUVRETÉ
Ce graphique montre une baisse régulière de la pauvreté depuis 1990, principalement en Chine et en Inde, qui affichent une croissance rapide.

Pour atteindre leurs cibles, de nombreux pays doivent accélérer leur taux de croissance et la partager plus équitablement. En fin de compte, l'objectif de « mettre un terme à la pauvreté sous toutes ses formes » est beaucoup plus ambitieux que de simplement donner aux gens un salaire de subsistance ;

cela signifie, comme l'indique la déclaration de mission de notre fondation, que tout le monde peut vivre une vie constructive, en bonne santé.

Cible : éradication de la pauvreté extrême pour tous, partout dans le monde. Données prévisionnelles de Brookings à partir de 2014.
Proportion de la population en dessous du seuil international de pauvreté (1,90 $ É.-U./jour)
Progrès à ce jourCible pour 2030
199020162030
0
25
50%
35%
9%
6%
0%
RETARD DE CROISSANCE
Le retard de croissance est un indicateur de sous-développement cognitif ou physique global.

Les enfants rachitiques seront en moins bonne santé et moins productifs pour le restant de leur vie, et les pays qui connaissent des taux élevés de retard de croissance seront moins prospères.

Lutter contre le retard de croissance n'est pas simple, parce qu’il est causé par multiples facteurs ; cependant, les spécialistes ont rassemblé des données probantes concernant les solutions qui fonctionnent, et il apparaît que la combinaison d'interventions de santé et de nutrition de base réduit sensiblement le retard de croissance.

Cible : élimination de la malnutrition sous toutes ses formes, en atteignant notamment, d'ici 2025, les objectifs fixés à l'échelle internationale en matière de retard de croissance et de dénutrition chez les enfants de moins de 5 ans. La cible indiquée sur le graphique est prévisionnelle et extrapolée sur la base de la cible actuelle pour 2025.
Prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans.
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
25
50%
36%
26%
22%
26%
18%
14%
MORTALITÉ MATERNELLE
En contraste net avec le passé, on a constaté ces dernières années une augmentation massive du nombre de femmes qui accouchent dans des établissements de santé plutôt que chez elles.
Les soins obstétriques spécialisés étant essentiels pour sauver les vies des mères, les pays doivent s'assurer que leurs établissements de santé sont pleinement approvisionnés, qu’ils emploient des professionnels de santé qualifiés, et qu’ils dispensent des soins de la plus haute qualité.
Cible : réduction du taux mondial de mortalité maternelle à moins de 70 par centaine de milliers de naissances vivantes.
Mortalité maternelle par centaine de milliers de naissances vivantes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
100
200
300
275
179
138
179
104
70
MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS
Plus de 100 millions d’enfants ont été sauvés depuis 1990, en grande partie en raison de meilleurs vaccins et soins néonataux.
Pour continuer sur cette voie, il faudra avant tout aider les pays (ou les régions de ces pays) qui ont les systèmes de santé les plus faibles à développer les infrastructures de base dont ils ont besoin pour que les enfants aient accès aux interventions qui sauvent des vies.
Cible : élimination des décès évitables de nouveau-nés et d'enfants de moins de 5 ans, tous les pays s'engageant à réduire la mortalité néonatale à au moins 12 par millier de naissances vivantes et la mortalité des enfants de moins de 5 ans à au moins 25 par millier de naissances vivantes. Cible indiquée sur le graphique extrapolée du niveau national au niveau mondial.
Mortalité des enfants de moins de 5 ans par millier de naissances vivantes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
50
100
85
38
23
31
19
3
MORTALITÉ NÉONATALE
Près de la moitié des décès d'enfants surviennent au cours des 28 premiers jours de vie.
Les décès de nouveau-nés ont tendance à être attribués a des causes différentes des décès des enfants plus âgés, des approches différentes sont donc nécessaires pour les sauver. De nombreuses solutions, comme l'allaitement et les dispositifs de réanimation des bébés, sont relativement simples. Le plus difficile est de s'assurer que les mères disposent des informations nécessaires pour prendre soin correctement de leurs bébés et que les nouveau-nés obtiennent des soins spécialisés lorsqu'ils en ont besoin.
Cible : élimination des décès évitables de nouveau-nés et d'enfants de moins de 5 ans, tous les pays s'engageant à réduire la mortalité néonatale à au moins 12 par millier de naissances vivantes et la mortalité des enfants de moins de 5 ans à au moins 25 par millier de naissances vivantes. Cible indiquée sur le graphique extrapolée du niveau national au niveau mondial.
Mortalité néonatale par millier de naissances vivantes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
20
40
32
17
11
14
9
1
VIH
Au début des années 2000, le Fonds mondial, le PEPFAR et les dépenses nationales des pays où le virus était endémique ont contribué à faire sensiblement baisser le nombre de nouvelles infections par le VIH.
Cependant, une fois le sentiment de crise dissipé, le rythme de la baisse a ralenti. Un jour ou l'autre, de nouvelles méthodes de prévention permettront de l'accélérer de nouveau, mais pour l'instant, il faut infléchir la courbe avec les méthodes actuelles, et cela exige une quête constante de nouvelles manières d'apporter des solutions et de partager largement les bonnes pratiques.
Cible : interruption de l'épidémie de SIDA, de tuberculose, de paludisme et de maladies tropicales négligées. Cible indiquée sur le graphique extrapolée de la cible de l'ONUSIDA, soit 200 000 nouvelles infections chez le adultes en 2030.
Nouveaux cas de VIH par millier de personnes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
0,25
0,5
0,75
0,37
0,25
0,21
0,5
0,1
0,02
TUBERCULOSE
Depuis le début des années 2000, un investissement important dans la lutte contre la tuberculose, particulièrement par le biais du Fonds mondial, a mené à des améliorations significatives des traitements.
Mais le taux annuel de réduction n'est toujours pas suffisant pour atteindre nos objectifs. Nous avons cependant bon espoir que de nouveaux outils, notamment un vaccin, seront disponibles au cours des dix prochaines années.
Cible : interruption de l'épidémie de SIDA, de tuberculose, de paludisme et de maladies tropicales négligées. Cible indiquée sur le graphique extrapolée de la cible du Partenariat Halte à la TB, soit moins de 20 nouvelles infections par centaine de milliers de personnes en 2030.
Nouveaux cas de tuberculose par millier de personnes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
100
200
187
140
114
133
89
20
PALUDISME
Avant les années 2000, pendant des décennies entières, le nombre de décès dus au paludisme ne faisait qu'augmenter.
La création du Fonds mondial et la mise au point de nouveaux outils, comme les moustiquaires imprégnées et de meilleurs antipaludiques, ont commencé à infléchir la tendance dans la lutte contre cette maladie et le nombre de décès attribuables au paludisme a diminué de 60 % entre 2000 et 2015. Cette projection suppose une absence d'innovation. Mais avec des recherches et un investissement continus, l'on s'attend à de nouveaux outils et stratégies qui accélèreront les progrès en direction de l'éradication de la maladie.
Cible : interruption de l'épidémie de SIDA, de tuberculose, de paludisme et de maladies tropicales négligées. Cible indiquée sur le graphique extrapolée de la cible de la Stratégie technique mondiale de l'OMS de réduction de l'incidence de 90 %.
Nouveaux cas de paludisme par millier de personnes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
20
40
31
29
28
39
5
9
MALADIES TROPICALES NÉGLIGÉES (NTD)
Les maladies tropicales négligées empêchent 1,6 milliard de personnes les plus démunies et les plus vulnérables au monde de réaliser leur plein potentiel.
S'il est possible de prévenir et de traiter la plupart d'entre elles, il est néanmoins difficile de toucher les milliards de personnes menacées. En 2012, les pays endémiques, les bailleurs de fonds et les sociétés pharmaceutiques sont convenus, dans la Déclaration de Londres, d'éliminer ou de maîtriser dix d'entre elles. Pour accélérer les progrès, il est essentiel de maintenir cet élan.
Cible : interruption de l'épidémie de SIDA, de tuberculose, de paludisme et de maladies tropicales négligées.
Taux de prévalence de 15 NTD par centaine de milliers de personnes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de recul
199020162030
0
25
50k
47k
27k
22k
29k
13k
PLANIFICATION FAMILIALE
Nous avons rassemblé les pays par groupe et tracé séparément les groupes pour illustrer l'écart entre pays plus et moins développés.
Mais ce graphique cache une partie de l'histoire, car l'indicateur mesuré, à savoir les « besoins satisfaits », nécessite que les femmes indiquent qu'elles veulent retarder leur grossesse ou ne plus avoir d'enfants. Nombreuses sont les raisons pour lesquelles les femmes pourraient ne pas exprimer un besoin de contraceptifs, notamment des normes culturelles qui les empêchent de se faire entendre. Il reste beaucoup à faire pour répondre aux besoins insatisfaits et à la demande silencieuse dans la plupart des pays en développement.
Cible : garantie d'accès universel à des services de santé sexuelle et génésique, notamment pour la planification familiale.
L'index sociodémographique est une mesure basée sur le revenu moyen par habitant, le niveau d'études et le taux de fécondité.
Proportion de femmes en âge de procréer (15-49 ans) dont les besoins en matière de planification familiale sont satisfaits par les méthodes modernes
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculIndex sociodémographique élevé / faible
199020162030
0
50
100%
66%
76%
80%
Élevé
Faible
76%
85%
COUVERTURE SANITAIRE UNIVERSELLE
Nous nous concentrons sur les soins de santé primaires, étape la plus importante sur la voie des soins de santé universels.
Malheureusement, les pays à revenus faibles et intermédiaires ne consacrent qu'un tiers environ de leur budget de santé aux soins primaires. Nous avons rassemblé les pays par groupe et tracé séparément les groupes pour illustrer l'écart entre pays plus et moins développés. Des soins primaires dans les pays clés contribueraient grandement à couvrir les 400 millions de personnes qui n'ont actuellement pas accès aux services de santé de base.
Cible : obtention de la couverture sanitaire universelle pour tous.
L'index sociodémographique est une mesure basée sur le revenu moyen par habitant, le niveau d'études et le taux de fécondité.
Résultat en matière de couverture des services de santé essentiels
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030Index sociodémographique élevé / faible
199020162030
0
50
100
45
60
67
Élevé
Faible
63
69
97
TABAGISME
Ce diagramme, bien qu’encourageant, sous-estime la prévalence de l’usage du tabac en raison de sa définition limitée du tabagisme actuel et de l’exclusion des tabacs dits sans fumée.
Cependant, le nombre de personnes couvertes par au moins une mesure de lutte antitabac a quadruplé depuis l’adoption de la convention-cadre historique de l’OMS pour la lutte antitabac en 2003. La grande inconnue reste ce qui va se passer en Afrique, où les fabricants de tabac voient une opportunité. Des législations fortes en matière de lutte antitabac sont donc essentielles pour maintenir cette tendance à la baisse.
Cible : renforcement de la mise en œuvre de la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac dans tous les pays.
Prévalence du tabagisme quotidien chez les personnes âgées de 10 ans et plus
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de recul
199020162030
0
15
30%
22%
16%
13%
15%
12%
VACCINS
Les vaccins sont l'un des succès les plus retentissants en matière de santé mondiale.
Jamais autant de personnes n’ont été immunisées et protégées, et ce contre autant maladies. Les prochaines étapes des programmes de vaccination seront de combattre la stagnation en dénichant les îlots d'inégalité au sein des pays, même ceux dont les taux moyens de vaccination sont élevés, et de les toucher avec un ensemble complet de vaccins capables de sauver des vies. Nous avons rassemblé les pays par groupe et tracé séparément les groupes pour illustrer l'écart entre pays plus et moins développés.
Cible : appuyer la recherche et le développement des vaccins et des médicaments pour les maladies contagieuses et non contagieuses qui touchent principalement les pays en développement, et donner accès à des vaccins et des médicaments essentiels à des prix abordables.
L'index sociodémographique est une mesure basée sur le revenu moyen par habitant, le niveau d'études et le taux de fécondité.
Proportion de la population cible couverte par huit vaccins, sous condition de leur inclusion dans le calendrier national de vaccination
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculIndex sociodémographique élevé / faible
199020162030
0
50
100%
73%
89%
93%
Élevé
Faible
90%
97%
HYGIÈNE
Ce graphique se base sur des données qui suggèrent que les améliorations en matière d'hygiène ne seront possibles qu'en reliant davantage de personnes aux égouts et aux stations de traitement des eaux, qui sont onéreux et peu pratiques dans de nombreux endroits.
Nous pensons que des progrès encore plus importants seront atteints en récupérant et en traitant en toute sécurité davantage des déchets humains qui s'accumulent actuellement dans les latrines à fosse simple et les fosses septiques, et en mettant en place des toilettes innovantes qui tuent les agents pathogènes sans pour autant avoir recours aux égouts.
Cible : accès à des pratiques d'hygiène et d'assainissement appropriées et équitables pour tous, et élimination de la défécation en plein air, en apportant une attention particulière aux besoins des femmes, des filles et des personnes en situation de vulnérabilité.
Prévalence de populations utilisant des pratiques d'hygiènes insalubres ou non améliorées
Progrès à ce jourEn cas de progrèsEn cas de reculCible pour 2030
199020162030
0
30
60%
57%
33%
23%
32%
20%
2%
SERVICES FINANCIERS POUR LES DÉMUNIS
Contrairement aux autres graphiques, celui-ci ne remonte qu'à 2005, date à laquelle le Fonds Monétaire International a commencé à rassembler des données.
L'augmentation de 75 % du nombre de comptes en l'espace de dix ans seulement démontre l'énorme potentiel des services financiers numériques. Cependant, le simple fait d'être titulaire d'un compte ne signifie pas l'inclusion. Il faut également que les gens s'en servent, plutôt que d'avoir recours à des services informels coûteux. Cela signifie que les banques et les sociétés de technologie financière doivent innover pour répondre aux besoins les plus urgents des plus démunis.
Cible : renforcement de la capacité des institutions financières nationales à encourager et étendre l'accès aux services bancaires, d'assurance et financiers pour tous. Données du Fonds Monétaire International pour 2005 et 2008. Données de la Banque mondiale pour 2011 et 2014. Données prévisionnelles du McKinsey Global Institute pour 2015 et au-delà.
Proportion d'adultes (15 ans et plus) titulaires d'un compte en banque ou dans un autre type d'institution financière ou disposant d'un fournisseur de services financiers mobiles
Progrès à ce jourEn cas de progrèsCible pour 2030
200520162030
0
50
100%
37%
65%
82%
92%
97%
ÉDUCATION
Il est relativement simple de calculer le nombre d'enfants scolarisés.
Mais cela ne nous dit pas combien d’entre eux apprennent vraiment. Les ODD ont, à juste titre, déplacé leur centre d’intérêt pour s’intéresser à la fois à la quantité et à la qualité de l’éducation, et non plus uniquement à la quantité (par ex. le nombre d'inscriptions et d’achèvement du cycle). Cependant, la qualité (c’est-à-dire la réussite) est plus difficile à mesurer. Nombreux sont les pays qui ne produisent absolument aucune donnée utile sur l'apprentissage, et encore moins par rapport aux autres pays. La première étape est donc l’élaboration de meilleures évaluations transnationales, surtout pour les premières classes. Il est essentiel de savoir très tôt si les enfants savent lire, préalable indispensable à tout apprentissage ultérieur.
Proportion d'enfants et de jeunes : en C.E.1 et C.E.2, à la fin du primaire et à la fin du premier cycle du secondaire ayant atteint au moins un niveau minimal de compétence en lecture et mathématiques, en fonction du sexe.
199020162030
Données insuffisantes
GENRE
Le fait d’avoir des droits fonciers sécurisés peut changer la vie des petites exploitantes agricoles.
Elles ont davantage de pouvoir de négociation dans leur ménage, ce qui signifie davantage d'impact sur l'avenir de leur famille. L'habilitation des femmes et des filles figure explicitement parmi les objectifs de développement durable ; cependant, le fait que seulement trois des quatorze indicateurs de cet objectif disposent de données de référence suffisantes et peuvent être suivis montre à quel point nous avons négligé la question. Lors de l'adoption de l'indicateur sur la détention de droits fonciers par sexe, il n'existait pas encore de consensus sur la manière de le mesurer. Depuis, les Nations Unies ont adopté une définition, des normes et une méthodologie. Il nous reste à tester cette approche et à nous assurer que les pays sont capables de suivre l'indicateur de manière régulière. Une fois les données en main, il sera beaucoup plus facile de concevoir des politiques et des programmes en faveur de l'habilitation des femmes et des filles.
Proportion de la population agricole totale composée de propriétaires de terres agricoles ou titulaires de droits sécurisés sur celles-ci, en fonction du sexe ; et part des femmes parmi les propriétaires de terres agricoles ou détenteurs de droits sur celles-ci, en fonction du type de droit.
199020162030
Données insuffisantes
AGRICULTURE
L'agriculture étant essentielle pour la réduction de la pauvreté, il est important de suivre la productivité et les revenus des petits exploitants. Cependant, à l'heure actuelle, beaucoup de pays ne procèdent pas à une collecte rigoureuse des données agricoles, une procédure lourde et coûteuse.
Actuellement en cours d'élaboration, une nouvelle méthodologie très efficace appelée AGRIS (Agricultural Integrated Survey) pourrait permettre de glaner des données de haute qualité de manière abordable. Elle utilise une approche modulaire, selon laquelle les pays reconstituent différentes sources d'informations et utilisent des stratégies efficaces d'échantillonnage pour obtenir un portrait fidèle de la situation. La priorité est désormais de tester et de valider rapidement AGRIS et de s'assurer que les bailleurs de fonds aident les pays à mettre en œuvre la méthodologie et à étendre son utilisation.
Volume de production par unité de travail en fonction de la classe d'entreprise agricole, pastorale ou forestière
199020162030
Données insuffisantes

La maladie et la pauvreté peuvent être résolues, c'est un fait. Nous invitons tout un chacun à se concentrer sur la partie résolution de l'équation. Nous avons le pouvoir de décider dans quelle mesure elle sera résolue. À nous d’être des leaders ambitieux.

Nous publierons ce rapport chaque année jusqu'en 2030 parce que nous voulons être une source d'inspiration pour les leaders, en montrant ce qu’il est possible de faire et leur faire bénéficier d’éléments probants et de perspectives sur la manière dont ils pourraient accroître l’efficacité de leurs actions.

Recevez des mises à jour par e-mail

Saisissez vos coordonnées ci-dessous pour recevoir les dernières mises à jour de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Revenir en haut

Vous figurez désormais sur notre liste de diffusion.

Revenir en haut

Sources et notes

Nous avons sélectionné pour ce rapport 18 des 232 indicateurs des ODD. Vous trouverez ci-après les sources des données utilisées pour les diagrammes. Dans les cas où l’Institute for Health Metrics and Evaluation (Institut de mesure et d’évaluation sanitaire – IHME) propose une définition de mesure exigeant une explication plus poussée, nous avons inclus des détails supplémentaires ci-dessous. Les objectifs mondiaux de 2030 indiqués sur les diagrammes représentent les progrès escomptés par la communauté mondiale. Certains des indicateurs des ODD sont dotés d’une cible quantifiable à l’échelle mondiale (notamment la mortalité maternelle), d’autres ont une cible quantifiable à l’échelle nationale (par ex. la mortalité infantile et néonatale) que nous avons extrapolée au niveau mondial ; dans d’autres cas enfin, nous avons utilisé les objectifs pour 2030 proposés par l’OMS (c’est le cas pour le VIH, le paludisme et la tuberculose).

Pauvreté

Homi Kharas, The Brookings Institution, correspondance personnelle, juillet 2017..

Services financiers pour les démunis

Les données mondiales pour le scénario « Projection actuelle » sont fondées sur les sources ci-après :

2005 et 2008 : Fonds monétaire international, Enquête sur l’accès aux services financiers. http://data.imf.org/FAS

2011 et 2014 : Banque mondiale, Base de données sur l'inclusion financière à l'échelle mondiale (Global Findex). http://datatopics.worldbank.org/financialinclusion/

2015 et au-delà : Manyika, J., Lund, S., Singer, M., White, O., et Berry, C., « Digital finance for all : Powering inclusive growth in emerging economies », McKinsey Global Institute, septembre 2016. http://www.mckinsey.com/global-themes/employment-and-growth/how-digital-finance-could-boost-growth-in-emerging-economies

Field, E., Pande, R., Rigol, N., Schaner, S. et Moore, C. T., « On Her Account : Can Strengthening Women’s Financial Control Boost Female Labor Supply? » 15 novembre 2016. http://scholar.harvard.edu/files/rpande/files/on_her_account.can_strengthening_womens_financial_control_boost_female_labor_supply.pdf

Jack, W. et Suri, T. « The long-run poverty and gender impacts of mobile money », Science, 9 décembre 2016. http://science.sciencemag.org/content/354/6317/1288

Tous les autres diagrammes

Estimations fournies par l’Institute for Health Metrics and Evaluation (Institut de mesure et d’évaluation sanitaire – IHME) de l’Université de Washington. Méthodologies pour les scénarios : Les scénarios « If we progress » (En cas de progrès) découlent de l’établissement des taux de changement à 85 % des taux annuels historiques moyens de changement des divers pays. Les scénarios « If we regress » (En cas de recul) découlent de l’établissement des taux de changement à 15 % des taux annuels historiques moyens de changement des divers pays. Les projections actuelles sont fondées sur les tendances antérieures. .

Pour de plus amples informations sur les données de l'IHME, veuillez consulter http://healthdata.org/globalgoals, et lire l'article à paraître par les collaborateurs ODD 2016 du numéro de septembre 2017 du magazine Lancet sur la charge de morbidité de la maladie, « Measuring progress and projecting attainment based on past trends of the health-related Sustainable Development Goals in 188 countries: an analysis from the Global Burden of Disease Study 2016 ».

Pour de plus amples informations sur les définitions données par l’IHME aux indicateurs suivants, voir :

MALADIES TROPICALES NÉGLIGÉES

L’IHME mesure la somme de la prévalence de 15 MTN par centaine de milliers de personnes, telle que mesurée à l’heure actuelle par l’étude sur la Charge mondiale de morbidité : la trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil), la maladie de Chagas, l’échinococcose cystique, la cysticercose, la dengue, les trématodoses d’origine alimentaire, la dracunculose, les infections par nématodes intestinaux, la leishmaniose, la lèpre, la filariose, l’onchocercose, la rage, la schistosomiase et le trachome.

COUVERTURE SANITAIRE UNIVERSELLE

Définie par un indice de couverture sanitaire universelle de la couverture de neuf interventions-mères et taux de mortalité normalisés en fonction des risques provenant de 32 causes traitables par des services de santé personnels. Au nombre des interventions-mères ont figuré la couverture de vaccination (couverture des trois doses de DCT, du vaccin contre la rougeole, et des trois doses du vaccin oral contre la polio ou du vaccin inactivé contre la polio), les besoins satisfaits de contraception moderne, la couverture en matière de soins prénatals et d’accouchement assisté, les taux d’accouchement dans les établissements médicalisés et la couverture thérapeutique aux antirétroviraux des personnes vivant avec le VIH. Au nombre des 32 causes traitables par des services de santé personnels figurent la tuberculose, les maladies diarrhéiques, les infections des voies respiratoires inférieures, les infections des voies respiratoires supérieures, la diphtérie, la coqueluche, la tétanos, la rougeole, les troubles liés à la maternité, les troubles néonatals, le cancer du colon et du rectum, les cancers sans présence de mélanome, le cancer du sein, le cancer de col de l’utérus, le cancer de l’utérus, le cancer testiculaire, le lymphome de Hodgkin, la leucémie, la cardiopathie rhumatismale, la cardiopathie ischémique, les maladies cérébrovasculaires, les cardiopathies hypertensives, les ulcères peptiques, l’appendicite, les hernies, les maladies vésiculaires et biliaires, l’épilepsie, le diabète, les maladies rénales chroniques, les anomalies cardiaques congénitales, et les effets indésirables de traitements médicaux.

L’IHME a ensuite mesuré 41 facteurs sur une échelle de 0 à 100, où 0 représente le pire niveau enregistré entre 1990 et 2016 et 100 le meilleur niveau enregistré pendant la même période. Il a pris la moyenne arithmétique de ces 41 indicateurs ainsi mesurés pour obtenir une gamme étendue de services de santé essentiels concernant la santé génésique, maternelle, néonatale et infantile, les maladies infectieuses, les maladies non contagieuses et la capacité des services et leur accessibilité.

VACCINS

Au nombre des vaccins mesurés par l'IHME figuraient le DCT (trois doses), la rougeole (une dose), le BCG, le vaccin contre la polio (trois doses), le vaccin contre l’hépatite B (trois doses), le vaccin contre l’Haemophilus influenzae de type b (Hib, trois doses), le vaccin conjugué antipneumococcique (VPC, trois doses) et le vaccin antirotavirus (deux ou trois doses). L’IHME a employé la moyenne géométrique de couverture de ces huit vaccins, en fonction de leur inclusion dans le calendrier national de vaccination.

HYGIÈNE

Les mesures de l’IHME incluent les ménages disposant de services de tout-à l’égout (avec raccordement au service de ville), ceux qui ont des services d’hygiène améliorés sans raccordement au tout-à-l’égout (latrines à fosse, latrines améliorées à fosse auto-ventilée, latrines à fosse avec dalle, toilettes à compostage), et ceux sans services d’hygiène améliorés (latrines à chasse non raccordée à un égout ou à une fosse septique, latrines à fosse sans dalle ou fosse à l’air libre, seau, latrines ou toilettes suspendues, installations communes, pas d’installations), conformément aux définitions du Programme conjoint de surveillance.

Ce que cachent les données

© 2017 Fondation Bill et Melinda Gates. Tous droits réservés.